top of page

Voici votre article

Notre ouvrage pratique ​"Du talent à la performance"

Nous aimons partager nos connaissances, c’est pourquoi nous mettons gratuitement à votre disposition notre manuel. Téléchargez-le ou commandez-en une copie.

Découvrez la puissance du développement des talents avec TMA

Une organisation performante repose sur les talents de ses employés. Avec TMA, vous pouvez déployer les bons talents aux bons endroits, permettant ainsi à votre organisation de prospérer. Qu'il s'agisse de recruter les bons candidats ou d'encourager le développement, nous sommes là pour vous aider. Optez dès aujourd’hui pour une organisation axée sur les talents.

Consultez notre méthode

La semaine de 4 jours : une fausse bonne idée ?




La quête d’un meilleur équilibre vie professionnelle et professionnelle oblige les entreprises à repenser l’organisation du travail. La semaine de 4 jours semble une proposition prometteuse et bouscule quelque peu les normes établies. Pourtant, cette idée n’est pas totalement nouvelle et gagne progressivement en popularité à travers le monde. 

La semaine de 4 jours a en effet de quoi séduire en offrant plus de temps libre sans compromettre la productivité. Toutefois, la promesse semble un peu trop belle pour certains.


Quels sont les défis et implications parfois moins évidentes derrière cette répartition du travail ? Est-ce vraiment la panacée ? Nous sommes allés mener l’enquête pour vous permettre à votre tour de faire le meilleur choix pour votre entreprise. 


Au programme,

✔️ Les avantages de la semaine de 4 jours

✔️ Les inconvénients et les défis que pose une organisation sur 4 jours

✔️ Mise en place, conditions de succès et perspective 





Les avantages de la semaine de 4 jours


La semaine de 4 jours offre de nombreux avantages tangibles aussi bien pour les entreprises que pour les salariés. Cette répartition du temps de travail vise à optimiser la productivité, améliorer l’équilibre entre ses différents pans de vie, et enfin à impacter positivement l’environnement. 


Une productivité et une efficacité accrues

Une étude menée par l’Université d’Oxford a mis en évidence que la réduction du nombre de jours de travail permettait à la fois une meilleure concentration, une motivation accrue ainsi qu’une réduction de la fatigue au travail. Cela s’est notamment vérifié au sein de l’entreprise Microsoft Japon. En 2019, L’instauration de la semaine de 4 jours a permis une augmentation de 40% de la productivité. En ayant plus de temps pour se reposer et se ressourcer, les collaborateurs sont plus concentrés dans leurs tâches et prêts à les accomplir de manière plus efficiente. 


Un meilleur équilibre de vie

Une étude menée par la plateforme Indeed en 2021 a révélé que près de 80% des salariés travaillant sur 4 jours avaient observé des effets positifs sur leur santé mentale. En profitant d’un jour de repos supplémentaire, les salariés ont pu mieux gérer leurs obligations personnelles, réduire leur stress et par conséquent améliorer globalement leur santé mentale. À terme, les performances professionnelles se sont améliorées. 


L’impact environnemental

Durant la crise sanitaire et la mise en place du télétravail, le fait de ne pas se déplacer tous les jours au bureau permet de réduire significativement l’empreinte carbone des entreprises. La semaine de 4 jours signifie moins de jours travaillés, moins de déplacements domicile-travail et une diminution de l’utilisation des bureaux. Pour un pays comme le Royaume-Uni, une telle mesure pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de plus de 20%. 





Les inconvénients et défis de la semaine de 4 jours


Malgré de nombreux avantages apparents, la semaine de 4 jours soulève un certain nombre de défis voire d’inconvénients. Ces obstacles peuvent varier selon les secteurs, la nature du travail ou encore les politiques d’entreprise. 


Des difficultés selon les secteurs d’activité

Certains secteurs d’activité comme la santé, l’hôtellerie ou encore l’industrie fonctionnent en continu. Cela signifie qu’il peut être difficile d’adapter leurs opérations à ce modèle sans compromettre le fonctionnement normal de l’activité. 

Par conséquent, la transition vers une semaine de 4 jours nécessite une planification minutieuse et des ajustements opérationnels conséquents. En outre, il faudra probablement s’attendre à des coûts supplémentaires pour maintenir le même niveau de service. 


La pression et la charge de travail 

Lors du passage à la semaine de 4 jours, le risque d’une surcharge de travail lors des jours ouvrés n’est pas à exclure. En effet, si cette organisation n’est pas bien pensée en amont, les collaborateurs peuvent se retrouver à devoir compresser cinq jours de travail en quatre. Cela signifie alors des journées de travail plus longues et plus intenses. Cette augmentation de la pression aura sans aucun doute des répercussions négatives sur le bien-être des salariés.En somme, c’est l’exaxt inverse des bénéfices attendus en termes de santé mentale et de satisfaction au travail. 


Rémunérations et inégalités

En matière de semaine de 4 jours, l’idée qui prédomine est celle de travailler 35h sur 4 jours. Cela signifie donc ne pas baisser la rémunération du salarié. D’autres approches sont proposées comme la diminution du temps de travail avec un passage à 32h et un maintien du même niveau de rémunération. Quoi qu’intéressante, cette approche n’est pas applicable à tous. Certains salariés d’une même entreprise et occupant des fonctions différentes ne pourraient profiter de cet avantage, ce qui crée des disparités et des inégalités. Ces dernières peuvent être source de tensions, de stress, voire d’un sentiment d’injustice. 





Mise en place, succès et perspectives de la semaine de 4 jours


Les entreprises sont de plus en plus soucieuses de solutions innovantes pour améliorer le bien-être et la performance. Entre la mise en place, les conditions de succès et les perspectives de cette organisation du travail, voici ce qu’il faut retenir. 


Mise en place de la semaine de 4 jours

La mise en place de la semaine de 4 jours nécessite de respecter au minimum ces trois étapes clés : 

  • Laisser le choix aux salariés : Cette organisation du travail doit rimer avec flexibilité et autonomie. C’est pourquoi le choix du jour non travaillé ne doit pas être imposé et faire l’objet d’une concertation. 

  • S’assurer que les missions sont bien réalisables sur quatre jours : La majorité des profils de poste et des tâches afférentes est pensée pour des missions sur cinq jours. Il peut être nécessaire de redéfinir le périmètre du poste et pourquoi pas, la répartition des tâches au sein de l’équipe.  

  • Ne pas imposer un “troisième jour de week-end” : Le jour de repos supplémentaire ne doit pas nécessairement être accolé au week-end. Il faudra donc laisser une certaine flexibilité, laquelle permettra aussi de s’assurer que l’ensemble des salariés ne seront pas absents un même. C’est aussi intéressant pour que l’entreprise continue de fonctionner si la semaine de 4 jours n’est pas généralisée à l’ensemble du secteur d’activité


Les conditions succès d’une organisation du travail sur 4 jours

Le passage à une semaine de travail plus réduite implique une préparation rigoureuse et minutieuse. Les facteurs clés de succès incluent : 

  • Un engagement fort de la part du management et de la direction pour initier le changement et rassurer les salariés sur le plan opérationnel ; 

  • La flexibilité des salariés qui implique de leur part de faire preuve d’adaptation face à ce nouveau rythme et la réorganisation des tâches ; 

  • Le recalibrage des objectifs pour s’assurer qu’ils restent réalistes et atteignables dans une répartition de temps de travail plus réduite.


Perspectives : l’introduction de la semaine de 4 jours au sein des ministères

En ce début 2024, le Premier Ministre, Gabriel Attal, a annoncé l’expérimentation de la semaine de quatre jours dans ses ministères, sans réduire le nombre d’heures de travail hebdomadaires (et donc la rémunération). Une tentative avait déjà été lancée à l’Urssaf Picardie mais avait échoué en raison de journées de travail trop longues. Cette expérimentation dans les ministères sera sans doute riche d’enseignements. 


Le mot de la fin, 

Un sondage mené par l’Institut YouGov a permis de mettre en évidence que les trois quarts des Français soutiennent l’idée de travailler sur quatre jours au lieu de cinq. Une condition reste importante à respecter : les salaires doivent rester inchangés. Une position qui se comprend dans le contexte inflationniste que la France connaît depuis plusieurs mois. 


La semaine de 4 jours est-elle finalement une fausse bonne idée ? Les bénéfices sont indéniables mais elle n’est pas non plus une solution miracle ! À charge pour chaque organisation de trouver le modèle qui lui convient le mieux pour booster ses performances sans négliger le bien-être de ses salariés. Le débat sur la semaine de 4 jours est donc pleinement ouvert et les prochaines années seront sans aucun doute déterminantes pour façonner une répartition du temps de travail qui convienne à tous. 


🤝 La Méthode TMA vous propose une approche unique et validée scientifiquement pour mettre en place une véritable cohésion d’équipe au sein d’un environnement de travail stimulant. 

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page