Soft skills en entreprise : Les clés pour les comprendre et les identifier facilement



Parmi les concepts en vogue dans le monde des ressources humaines, les soft skills occupent actuellement une place de choix. À l’heure où la pandémie a profondément impacté le rapport au travail, les compétences comportementales s’avèrent plus que jamais essentielles.


Les compétences métiers demeurent importantes. Cependant, les recruteurs et les entreprises s’intéressent de plus en plus aux compétences comportementales.


Qu’entend-on par soft skills ? Est-il possible de développer ses soft skills ? Comment la pandémie a remis au centre la question des aptitudes relationnelles ? Comment les soft skills peuvent contribuer au développement de votre activité ?

Dans cet article, nous vous proposons un tour d’horizon complet des soft skills avec au sommaire :


- Qu’est-ce que les soft skills ?

- Comment développer ses soft skills ?

- Quelques clés pour comprendre et identifier les soft skills en entreprise.



Qu’est-ce que les softs skills ?


Éléments de définition

Les soft skills également appelées compétences douces sont avant tout des compétences comportementales. On englobe généralement sous cette expression l’intelligence émotionnelle, les aptitudes inter-relationnelles, la capacité à bien communiquer, etc.


Alexandra Didry, Docteure en psychologie et auteur du livre intitulé “Activez vos soft skills”, propose de définir les soft skills comme « un ensemble de savoir-être favorisant une adaptation à son environnement, aux autres et à soi-même, grâce à la mise en œuvre de compétences inter- et intra-personnelles propres à chacun ».


Quelles différences entre les hard skills et les soft skills ?

On distingue traditionnellement les soft skills des hard skills. En effet, les soft skills sont des compétences transversales. Par nature, elles ne sont pas propres à un métier, ni même à un secteur d’activité ou une organisation. En règle générale, les recruteurs effectuent le choix du candidat en se basant à la fois sur les hard skills et les soft skills.


Les connaissances techniques et les compétences métiers sont désignées par le terme hard skills. Elles sont directement liées à la formation et à l’expérience professionnelle du candidat ou du collaborateur. Par nature, elles sont donc plus simples à apprécier.


Quant aux soft skills, elles sont le plus souvent liées à l’expérience de vie de chacun. Il peut s’agir de traits de personnalité tels que le leadership, la bienveillance, l’entraide ou encore la résistance au stress.


Les soft skills sont déterminantes dans votre manière de travailler seul ou en équipe. Selon les organisations, les soft skills les plus recherchées ne sont pas les mêmes. Par exemple, dans une start-up, l’accent sera peut-être mis sur les qualités de communication du collaborateur ou son adaptabilité. Dans une entreprise du secteur industriel, des qualités telles que la fiabilité ou la rigueur s'avèreront déterminantes.


Comment développer ses soft skills ?


Les 3 étapes clés pour développer ses soft skills

Les compétences techniques sont de moins en moins suffisantes pour accomplir les missions confiées. Les soft skills sont ces petits plus qui permettent indéniablement de sortir du lot.


Le développement de ces dernières contribue sensiblement à l’amélioration du climat social de l’entreprise. Pour les développer, voici quelques étapes essentielles :


● Privilégier l’expérience et les “feedbacks” pour ancrer la prise de conscience et inciter au changement ;

● Valoriser la mise en pratique pour implémenter durablement ;

● Choisir le moment opportun pour accueillir effectivement le changement.


Pourquoi les soft skills sont-elles si importantes ?

C’est un fait qu’on ne peut nier : le monde du travail est soumis à de profonds bouleversements. Les compétences requises et les méthodes de travail évoluent sans cesse. Tant du côté des salariés que des entreprises, les soft skills constituent des atouts imparables face à ces changements.


Loin de s’opposer aux “hard skills”, les soft skills les complètent parfaitement. Par ailleurs, face à la digitalisation croissante du monde du travail, les missions des collaborateurs tendent à se complexifier. Il est désormais attendu des collaborateurs qu’ils fassent preuve de plus d’adaptabilité, de créativité et d’une résilience active.

À terme, les soft skills permettent aux entreprises comme aux candidats de disposer d’un avantage compétitif indéniable.




Quelques clés pour comprendre et identifier les soft skills en entreprise

1 - Faire le bilan des soft skills dont l’activité a besoin

Outre les compétences métiers indispensables à la réalisation d’une mission, il est possible d’identifier quelles sont les compétences comportementales nécessaires.


Selon la mission, il convient donc d’identifier les soft skills indispensables. Par exemple, s’il s’agit d’une mission se déroulant chez un client, il faudra veiller à ce que le manager soit à la fois une personne organisée, autonome et fédératrice. À l’inverse, s’il s’agit de réaliser les bilans comptables de fin d’année, les attentes vis-à-vis du management peuvent être les suivantes : une très grande rigueur et être capable de communiquer aisément aux membres de son équipe.


2 - Articuler les métiers, l’organisation et les individus

Les valeurs et la culture d’une entreprise exercent une influence certaine sur les softs skills. De la même manière, les compétences comportementales attendues sont à relier au contexte et aux projets de l’entreprise.

Par exemple, si une entreprise prévoit de se développer à l’étranger outre-Atlantique, elle aura sans doute besoin de collaborateurs sachant parler anglais mais aussi de personnes sachant communiquer et étant capable de coopérer.

Autre exemple, si l’objectif d’une PME est de se moderniser, elle aura sans doute besoin de collaborateurs créatifs et capables d’accueillir la critique de façon constructive.


L’employabilité passe sans aucun doute par le développement des softs skills. C’est pourquoi les entreprises sont de plus en plus nombreuses à vouloir déceler les soft skills de leurs collaborateurs afin d’améliorer le niveau d’engagement de ces derniers.


La méthode TMA propose une solution complète pour accroître le développement de votre entreprise en misant sur les talents de vos collaborateurs.


3 - Identifier les compétences déjà présentes dans l’entreprise

Pour rester compétitives, les entreprises doivent adopter une vision à long terme et stratégique des soft skills dont elles ont besoin. Cela passe nécessairement par le déploiement d’une gestion des compétences à travers un dispositif efficace et solide. Une cartographie des besoins d’aptitudes comportementales de l’organisation apparaît donc comme le préalable indispensable à l’élaboration d’un plan de formation pertinent.


4 - S’équiper d’outils adéquats pour révéler les soft skills

Une fois l’identification des soft skills dont vous avez besoin, il convient d’accompagner les changements de pratiques et de modes de fonctionnement.


La Méthode TMA vous propose une approche à 360° parfaitement adaptée à la prise en compte de vos spécificités pour ancrer les changements de comportement de façon durable.


5 - Placer l’humain au cœur de la démarche

Incontestablement, l’émergence du concept de soft skills a remis l’humain au centre des réflexions faites sur le monde du travail.


C’est exactement l’approche que la méthode TMA adopte pour que vous puissiez faire ressortir le talent de vos collaborateurs. À travers la psychologie positive, il est ainsi possible de permettre à chacun de se sentir reconnu et plus engagé dans son travail. Cette démarche contribue sensiblement à l’amélioration de la qualité de vie au travail.

>> Vous souhaitez vous aussi miser sur les soft skills pour améliorer la compétitivité de votre entreprise ? La méthode TMA vous accompagne pas dans cette démarche, grâce à une approche unique et complète de valorisation des talents.


>> Notre équipe est à votre écoute. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec l’un de nos experts ou à nous contacter directement par email.

>> Vous pouvez télécharger la première partie de notre guide pratique intitulé Du talent à la performance.


186 vues